Accès membre

Zones Importantes pour les Mammifères Marins

Au début du mois de décembre 2019, les scientifiques ont annoncé l’approbation de 37 nouvelles « Zones Importantes pour les Mammifères Marins » (Important Marine Mammal Areas – IMMAs)  dans l’océan Indien occidental et les mers d’Arabie, une des zones les plus riches de l’océan mondial sur le plan écologique mais où la conservation reste un défi majeur. Les membres d’Indocet ont été pleinement impliqués dans ce processus.

Ces IMMAs permettent d’identifier les habitats clés de plusieurs espèces de mammifères marins menacées d’extinction, notamment le dauphin à bosse de l’océan Indien, et le dugong. La délimitation de ces IMMAs constitue une première étape importante pour la conservation de ces espèces. Elles pourront notamment servir de base à la mise en place de mesures de gestion, comme par exemple la création d’aires marines protégées.

Les IMMAs sont définies comme des portions distinctes de l’habitat, importantes pour une ou plusieurs espèces de mammifères marins, délimitées sur la base de connaissances scientifiques, et qui ont le potentiel d’être gérées pour la conservation.

Les IMMAs sont identifiées selon une méthodologie prédéfinie, impliquant la participation d’experts régionaux et l’organisation d’ateliers de travail en vue de centraliser et évaluer toutes les informations disponibles sur l’habitat des mammifères marins de la zone. Le processus s’appuie sur des publications scientifiques et tout autre source de littérature scientifiques (données et rapport non publiés), représentant ainsi un examen le plus complet et le plus exhaustif possible de la répartition des mammifères marins et de l’utilisation de leur habitat dans la région .

Chaque zone d’intérêt est évaluée par les experts sur la base de critères purement biocentriques, qui se répartissent en quatre grandes catégories : (1) Vulnérabilité de l’espèce ou de la population, (2) Répartition et abondance (petite population résidente, agrégation), (3) Cycle de vie (habitat de reproduction, habitat d’alimentation, voies de migration), (4) Attributs spéciaux (caractère distinctif, diversité).

Chaque IMMA proposée est soumise à un comité d’experts indépendant et fait l’objet d’un examen scientifique critique par au moins deux évaluateurs, un peu comme le processus de soumission des revues scientifiques à comité de lecture.

Les zones valisées en tant quIMMA, sont publiées sur un Atlas en ligne eAtlas et peuvent être utilisées dans la planification de la conservation par diverses parties prenantes.

Il est espéré, par exemple, que l’industrie pourra utiliser ces informations pour éviter les IMMA ou pour atténuer efficacement l’impact de leurs activités prévues dans ces zones, et que les gouvernements pourront utiliser les IMMA pour les aider à orienter leurs délibérations sur l’emplacement des zones marines protégées ou d’autres efforts de gestion des zones côtières.

Le processus d’identification des IMMA pour l’océan Indien occidental et les mers d’Arabie a été lancé en 2019.

Un atelier régional a eu lieu du 4 au 8 mars 2019, à Salalah à Oman, et a impliqué 38 scientifiques et experts des mammifères marins de 15 pays, ainsi que plusieurs autres scientifiques contribuant à ces travaux à distance. Les IMMA identifiés à la suite de ces ateliers et de l’examen indépendant qui a suivi peuvent désormais être consultés sur l’ eAtlas des IMMAs.

Des efforts visant à utiliser ces IMMA pour orienter des mesures de conservation efficaces sont déjà en cours, avec l’exemple d’une récente visite de mise en œuvre dans l’archipel de Bazaruto à l’Inhambane Bay Important Marine Mammal Area (IMMA), au Mozambique, en novembre 2019.

Les 37 IMMA de l’océan Indien occidental et des mers d’Arabie ont notamment été identifiés pour la population de baleines à bosse de la mer d’Arabie, les dauphins à bosse de l’océan Indien, la grande diversité des espèces de cétacés, les agrégations de dugongs, les concentrations de baleines d’Omura, ainsi que trois populations différentes de baleines bleues.